Vivez le Carême avec Misericordia !
Lisez ce mail dans votre navigateur


Les fiorettis de Carême
Fioretti de Carême n°6 /9 avril 2014

Comme chaque mardi soir, Kena arrive un peu en retard au chapelet. Elle présente ses excuses du bout des lèvres, sans oser regarder aucun des visages qui lui sourient, et va rejoindre une chaise de sa démarche saccadée. Fidèle entre les fidèles, elle ne louperait ce rendez-vous pour rien au monde : la fatigue causée par ses 12h de travail quotidien, la nuit tombée depuis longtemps sur le quartier, la difficulté qu’elle a à se déplacer à cause de ses jambes douloureuses ; rien n’y fait, Kena brave tous les obstacles pour venir au rendez-vous. C’est pour elle une respiration au milieu de sa semaine, un espace de gratuité et d’amour dont elle a besoin plus que tout.
Un soir, alors que nous la raccompagnons chez elle après le chapelet, Kena nous partage comment elle a découvert la foi : « Il y a encore quelques semaines, je pleurais  du matin au soir, je passais mes journées dans mon lit, j’avais une sorte de dépression. Un jour, une voisine qui appartient au groupe missionnaire de la paroisse m’a visitée. Elle m’a écoutée, elle a pris soin de moi. Surtout, elle a compris ce dont j’avais réellement besoin et m’a invitée à la messe. Nous y sommes allées ensemble, et en rentrant je me sentais bien. Ce jour là, quelque chose a changé profondément en moi. J’ai changé de mode de vie, cherché du travail, je me suis ouverte aux autres. Depuis, je vais à la messe tous les dimanches, j’attends ce rendez-vous et m’organise pour ne jamais le manquer. J’en ai tellement besoin.»
Son récit est à son image : si simple, si limpide, et en même temps si poignant. Le Seigneur a bel et bien changé radicalement sa vie, il a transformé son cœur. Elle n’est plus la même. Peu de temps après, elle rejoint le groupe de préparation à la confirmation, et a été confirmée à Noël.  Depuis elle raconte à qui veut l’entendre que « c’est un cardinal qui lui a imposé les mains, oui le même que celui qui est passé à la télé ! »
Quelques jours après avoir reçu ce sacrement, justement, Kena tape à notre porte. Il est 22h, nous venons de terminer de dîner.  « Allôôô ! » crie-t-elle depuis notre portail, comme c’est l’usage dans notre quartier. Nous allons lui ouvrir et elle nous offre des spécialités chiliennes : « Je me suis dit que vous n’aviez peut-être pas encore goûté le « pastel de choclo », alors je vous en ai préparé ! »  Kena a un handicap physique qui  entraîne de fortes difficultés  de mobilité à la main droite, nous l’imaginons dans sa cuisine à préparer tout cela pour nous. Elle y a passé des heures. Surtout, elle y a mis tout son cœur : le sacrifice qu’elle a fait en cuisinant pour nous, en dépit de son handicap, est le plus beau des cadeaux ! Nous sommes profondément émus et touchés. Elle nous explique : « Je n’ai pas beaucoup d’amis. Vous, vous êtes mes amis. »
Quelle leçon pour nous ! Parce que nous lui donnons de notre temps et que nous sommes venus vivre comme elle dans le Rodeo, Kena nous aime comme des amis. Notre quotidien si simple, les relations de confiance que nous tissons avec nos voisins, le temps que nous passons à rencontrer chacun en profondeur, tout cela peut changer des vies !
Après avoir beaucoup cherché, notre amie a trouvé un travail il y a un mois. De 8h à 20h, du lundi au vendredi, elle s’occupe des enfants d’une famille d’un quartier plus aisé. Elle revient tous les soirs à 20h30, fatiguée. Entre son travail, les trajets et toutes les tâches du quotidien, Kena a peu de temps pour elle. Pourtant, en plus de la messe dominicale, elle participe à toutes les propositions de Misericordia dans le quartier : chapelet le mardi soir, veillée d’adoration le vendredi, activités pour les enfants le samedi après-midi. Elle nous édifie par sa fidélité : elle ne manquerait aucun de ces rendez-vous pour rien au monde ! Elle revient de si loin ; elle sait bien que pour tenir elle a besoin d’une vie rythmée par des rencontres avec le Christ et avec ses frères dans la foi. Elle a un si grand désir de vivre, et de vivre à fond !

 

Joséphine et Olivier

Missionnaires au Chili pour Misericordia depuis novembre 2013

 « Dieu nous demande la fidélité dans le fait de le suivre. Pensons à toutes ces fois où nous nous sommes enthousiasmés pour quelque chose, pour une initiative, pour un engagement, mais ensuite, face aux premiers problèmes, nous avons jeté l’éponge. Ainsi, il est difficile de répéter ce « oui » chaque jour, d’être fidèle aux engagements pris.

Il est souvent facile de dire « oui » mais ensuite, on n’arrive pas à répéter ce « oui »chaque jour. Suis-je un chrétien ‘par à-coups’, ou suis-je un chrétien toujours ? La culture du provisoire, du relatif pénètre aussi dans la vie de la foi. Dieu nous demande de lui être fidèles, chaque jour, dans les actions. Lui est toujours fidèle, et avec sa miséricorde il ne se lasse pas de nous tendre la main pour nous relever. Et cela c’est le chemin définitif : toujours avec le Seigneur, même dans nos faiblesses, même dans nos péchés. Ne jamais aller sur la route du provisoire. Cela nous tue. La foi est fidélité définitive, comme celle de Marie.».

Pape François – Messe du 13 octobre

Le Carême des enfant
Cette semaine, nous te proposons un exercice de fidélité. Par exemple de commencer chaque journée par un signe de croix. C’est une manière de remercier Jésus de te donner la vie pour cette nouvelle journée. C’est aussi l’occasion de lui remettre tout ce que tu vivras pendant ce jour : les personnes que tu rencontreras, tes paroles, tes actes, etc.

Bonne semaine !

Si vous le souhaitez, vous pouvez inscrire des amis à notre newsletter de Carême. Ainsi, ils recevront chaque semaine, du Mercredi des Cendres jusqu’à Pâques, un fioretti de mission, une prière et un point d’attention pour les enfants.

Pour inscrire quelqu’un c’est  très simple, il suffit de 

Cliquer ici !
Facebook
Notre site
Email

 2014 Misericordia International